L'ESPRIT DANS L'ENCRIER



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 LE PELLETEUR DE NUAGES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Robert-Henri D.
Admin
Admin
avatar

points : 3957
Localisation : Ardennes Françaises
activité : 2945
Ref: : 08/05/2008

MessageSujet: LE PELLETEUR DE NUAGES   Mer 29 Avr - 19:24

Lors d’une nuit de 15 août, une Dame d’Argent a vu naître un petit être que ses parents nommèrent Lucien. Elle ne savait pas qu'alors celui-là si chétif deviendrait un poète, un "Pelleteur" de nuages. Cela se passait pourtant dans le nord-est de la France. En plein cœur de la cité de « l’homme aux semelles de vent ». 

  Dans le même temps naît aussi Athénéïse. Elle sera Dame en la forêt ardennaise et promise de l'ange dieu Gabryel. Bien qu'elle n'est encore qu'une humaine, elle est pourtant la digne filleule de Morganie: une Dame mi fée, mi humaine descendante d’Ardvina la chasseresse. C’est donc bien là une Dame poétesse qui est promise à un destin fabuleux. C’est aussi par elle que nos premiers pas suggestifs nous entraîneront à pénétrer le monde étrange du "Petit Peuple" de Gaïa…


   Gabryel est le fils chéri de Junyather: dieu des dieux dans notre galaxie. En acceptant d'unir Athénéïse et Gabryel, Junyather fera d’elle une déesse dans sa propre lumière. Le couple dieu aura une fille: Habygâ, qui plus tard s’assoira à la droite de son grand-père.

_________________

http://www.edilivre.com/auteurs/robert-henri-d-13936.html
Revenir en haut Aller en bas
Robert-Henri D.
Admin
Admin
avatar

points : 3957
Localisation : Ardennes Françaises
activité : 2945
Ref: : 08/05/2008

MessageSujet: Re: LE PELLETEUR DE NUAGES   Lun 4 Mai - 9:33

Quelques extraits du livre 1/6:

9/121

   En se mêlant peu à peu à des haillons épars, les restes déchirés de quelques nues lourdes de conséquences, se montraient hésitants à se laisser tirailler encore. Au sein d'elles, des rais projecteurs s’insinuaient telles des langues de vipères qui renifleraient le ciel depuis la terre. Elles s'ingéniaient à le fouiller comme s'il s'agissait d'une gueule entrouverte. Allant jusqu’à démontrer au-delà de ça et de là, que cette monstruosité monumentale, émanait bien d’hommes plus que jamais prédateurs d’eux-mêmes.

   En bons techniciens porte-flingues, certains opérateurs allaient même jusqu'à éclairer de morbide, les visages exsangues que laissaient encore voir des millions de gisants. Lesquels étaient tombés au champ d’impudeur, pour servir les ambitions de quelques fous furieux commandeurs.

Il ne faisait plus de doutes que ces pauvres spectres frères, avaient été conçus de chair à canon. – Désormais en décomposition – ce n'était plus que cadavres, tristement allongés dans la fange, pareils à autant de « Dormeurs du Val ».


Impuissances occultes, semées parmi ces « glaïeuls pourpres » que constituaient leurs propres restes déchiquetés et sordides.

_________________

http://www.edilivre.com/auteurs/robert-henri-d-13936.html
Revenir en haut Aller en bas
Robert-Henri D.
Admin
Admin
avatar

points : 3957
Localisation : Ardennes Françaises
activité : 2945
Ref: : 08/05/2008

MessageSujet: Re: LE PELLETEUR DE NUAGES   Ven 8 Mai - 14:16

13/121 (extrait II livre 1)

Il ne s'exclut pas aujourd’hui que l'âme humaine peut se concevoir sous la forme d’une énergie intelligente. Laquelle serait, pour son infime partie, représentative de "l'essence divine". Réalisation qui se concrétise donc, selon Lucien, par des atomes qui seraient assemblés dans l'informe d'une essence fluctuante. 

Cela serait donc constitué de molécules neutres en ions éthérés, et se nourrirait par l'aura. S'admettant alors que ce prolongement spirituel de l'être vivant (à moins que ce ne fut l'inverse !) serait comme "Lui" et par "Cela" doué de communication cérébrale. 

Toujours selon notre – Pelleteur de Nuages – "Cela" serait donc capable de transmission télépathique avec notamment : ce qui produit la conscience. Ceci pouvant s'obtenir par le fonctionnement mental de tout cerveau qui est suffisamment évolué. 

Pour notre poète, l'âme serait donc en quelque sorte, un succédané directement obtenu de la lumière spirituelle. Ainsi l'entité qui se trouve en chacun de nous serait issue d'un esprit universel très hautement intelligent. S’admettant qu’ainsi pensé, l'être humain qui en serait muni, à la manière d’un modeste serviteur issu des astres et de la terre, aurait  mission d'agir pour le compte de la déité supérieure, et disposerait pour cela de plusieurs karmas.

_________________

http://www.edilivre.com/auteurs/robert-henri-d-13936.html
Revenir en haut Aller en bas
Robert-Henri D.
Admin
Admin
avatar

points : 3957
Localisation : Ardennes Françaises
activité : 2945
Ref: : 08/05/2008

MessageSujet: Re: LE PELLETEUR DE NUAGES   Sam 9 Mai - 19:43

15/121 (extrait III livre 1)

   Par certains soirs de tendresse aoutienne, quand s'ouvre grand le manteau des nues d’été au point de les croire surnaturelles : le couchant cuivré se plait à érotiser des ciels violets. Il les rend alors plus profonds et ingénus, que l’éclat stoïque et froid des plasmas galactiques. 

C'est aussi par-delà les hauteurs atmosphériques, qu'ils émaillent nos nuits des mille facettes. Lesquelles probablement, ont été soigneusement ciselées par un Grand-Artiste diamantaire.
 

Alors, si d'aventure, l'osmose qui s'obtient de ce culte du naturel et de l’adoration naturiste, influe sur la candeur de votre sentiment d’esprit, au point qu’ostensiblement, vous levez des yeux éblouis par la beauté claire de l’astre d’argent, vous le comparerez ingénument peut-être, à un immense réverbère qui s'inviterait dans les cintres d'un infini théâtre. Lieu de comédie, où se produiraient des dieux de lumière à l’esprit particulièrement bien éclairé. Et si durant ce gala d'exception, jointe à l'amour approfondi du monde spirituel,  la chance vous sourit aussi… Et pour peu qu’au moment le plus opportun vous soyez suffisamment perspicace à bien lorgner les galantes, mais fugaces étoiles éphémères : vous pourriez peut-être, apercevoir la blanche Ezaïhelle voyageant dans ce ciel…

_________________

http://www.edilivre.com/auteurs/robert-henri-d-13936.html
Revenir en haut Aller en bas
Robert-Henri D.
Admin
Admin
avatar

points : 3957
Localisation : Ardennes Françaises
activité : 2945
Ref: : 08/05/2008

MessageSujet: Re: LE PELLETEUR DE NUAGES   Mar 12 Mai - 7:57

16/121 (extrait IV livre 1)  


   Rien ne saurait empêcher un Pelleteur de Nuages, de croire qu'il existe ainsi des zones divines parallèles à celles terrestres, et où gravitent des mondes secrets. Des endroits à l'envers, d'où viendraient des êtres qui comme Gabryel, sont à la fois connus et ignorés des gens de la terre.

Ce sont des êtres aux allures d’anges, ayant la lumière pour énergie particulaire, tandis que pour enveloppe charnelle, ces créatures hors du commun peuvent tirer parti de plusieurs corps très complexes, disposés l'un dans l'autre.

  Certains sont faits pour ample partie, d'étranges molécules de matière noire invisible. D’autres tirent leur puissance de molécules de lumière-matière. Tous sont perpétuellement traversés par des positrons à haute énergie. Lesquels, avec leurs contraires électrons, participent en continu à des collisions internes parfaitement régulées. Ce qui fait que pour énergie, ces êtres disposent alors à leur guise de photons gamma, mais sans que rien ne vienne s’annihiler comme cela se passe pourtant dans le vide stellaire.
 
Pour simplifier, l'on peut dire que Gabryel est donc fait de matière fissible. Mais il est aussi pourvu d'autres constituants vivants éternels. Ce sont ces molécules qui lui ont assuré cet aspect charnel immuable qui lui fut donné lorsqu'il a atteint sa pleine maturité.
 

Capables de certaines dématérialisations quand celles-ci s'avèrent parfois indispensables, les êtres de lumière peuvent voyager de l’abstrait au concret. Et donc inversement aussi. Sans pour autant se dissoudre totalement dans l'éther.

_________________

http://www.edilivre.com/auteurs/robert-henri-d-13936.html
Revenir en haut Aller en bas
Robert-Henri D.
Admin
Admin
avatar

points : 3957
Localisation : Ardennes Françaises
activité : 2945
Ref: : 08/05/2008

MessageSujet: Re: LE PELLETEUR DE NUAGES   Ven 15 Mai - 11:45

20/121 (extrait V livre 1)




Note de l'auteur :
 
Puisque nous connaissons l'électron et le positon, et du fait que la matière dite « ordinaire » peut exister par bien d’autres formes que celles connues ou suspectées (telle la matière noire), il faut admettre aussi l'antimatière et les antiprotons, reconnaissables notamment parmi les particules du rayonnement cosmique. Ainsi, sachant que quand une particule de matière ordinaire non "intelligente"  rencontre sa "cousine"  d'antimatière pas plus « réfléchie » qu’elle : toutes deux disparaissent dans un flash de lumière. Or, si l'univers fut "créé"  symétrique au niveau de ces particules élémentaires, il n'en est plus de même à l'heure actuelle, car cette valeur initiale semble avoir disparu... D'où la nécessité et la volonté d’une intervention divine pour aider à conjuguer cela avec « esprit » et « intelligence ».
 

À moins que... puisque l'inexpliqué n'est pas forcément irrationnel, pourquoi ne pas imaginer que ce qui disparaît en ne laissant que peu du côté lumineux de l'univers reparaîtrait ailleurs,
ou plus précisément du "côté sombre"? Lequel serait situé à l’inverse de ce même univers que nous connaissons, et en tirerait bon usage là où tout ne serait pas éclairé de la même façon que de notre côté, mais existerait néanmoins. Bien que n'étant pas directement visible par l'œil humain, sinon peut-être qu’en infra vision.

_________________

http://www.edilivre.com/auteurs/robert-henri-d-13936.html
Revenir en haut Aller en bas
Robert-Henri D.
Admin
Admin
avatar

points : 3957
Localisation : Ardennes Françaises
activité : 2945
Ref: : 08/05/2008

MessageSujet: Re: LE PELLETEUR DE NUAGES   Dim 17 Mai - 22:07

30/121 (extrait VI livre 1)


   À la manière d’une auréole argentée, l'étrange sentiment nimbait peu à peu la brume de sa pensée. Assis sur son lit, l’homme revivait sa naissance avec une douloureuse intensité. Difficile passage qui conduit comme le couloir de la mort, de l’intérieur d’un monde connu vers un autre, inconnu. Le second s'obtenant quand de la froideur s’ajoute à la souffrance d’un premier souffle, pouvant être déjà le dernier. Cela se produit soudain dans un éclaboussement de lumière. Dans le meilleur des cas, elle se fait apaisante et sereine, mais dans l’autre fatale...
 
Lucien s’arracha des limbes où séjournaient des enfants morts avant d’avoir été baptisés par l’église de ses ancêtres. Il repoussa les draps en même temps que retombait le rideau virtuel de son rêve prémonitoire.
 

L’être qui venait de le contacter mentalement l'avait guidé dans un ventre souterrain. Une pellicule, qui en couvrait le sol, ne parvenait pas à enterrer les esquilles d’ossements laissés par ses aïeux. Cela perforait la peau fragile de ses pieds nus. Loin devant, l’informe guide avait pointé un doigt qui faisait songer à une protubérance de chair en putréfaction. Sa couleur verdâtre estompait l’idée que ce fut autrefois l’index d’une main humaine. Écœuré, Lucien avait porté son regard dans la direction ainsi montrée. Il y put distinguer un quadrilatère s'affichant vertical, tout au bout du tunnel. Et puis son esprit avait quitté son corps… Peut-être pour mieux le propulser vers la porte couleur de feu?

_________________

http://www.edilivre.com/auteurs/robert-henri-d-13936.html


Dernière édition par Robert-Henri D. le Ven 29 Mai - 18:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Robert-Henri D.
Admin
Admin
avatar

points : 3957
Localisation : Ardennes Françaises
activité : 2945
Ref: : 08/05/2008

MessageSujet: Re: LE PELLETEUR DE NUAGES   Ven 29 Mai - 18:54

45/121

Extrait VI livre I


Un vent tourbillonnant déchiquetait la brume, tandis que furieux d'être dérangés, des nuages ombrageux fuyaient vers le sud.
 
Ce ciel pensé était pareil à un bas noir lacéré. Des déferlantes électriques se fracassaient sur des falaises neuronales. Leurs crêtes mousseuses déposaient une écume livide sur ce qu’il restait d’étendues vallonnées, jonchées de détritus. Un grand albatros tournoya un moment, cherchant désespérément son nid emporté par un éboulis…
 
– Lucien... «Du schläfst? »
 
Le potache lucien était un être au cœur candide. Pareil à ces cinglés qui s'imaginent naïvement, que le fait de donner sans compter entraine forcément la même spontanéité chez qui reçoit; et puis il aimait à regarder vibrer les molécules de lumière, quand elles se dessinaient en un mince trait qu'il voyait plaqué autour de certaines silhouettes. Plus précisément, il s'agissait de celles et ceux des êtres qu'il percevait le mieux. Mais il ignorait pourquoi ils étaient si peu nombreux à montrer cette apparence. Il se demandait aussi parfois, pour quelle raison le regard de ces gens d’exception, devenait incrédule lorsqu'il leur parlait de la couleur qui nimbait l’esquisse de leur corps.  Le poète pensant, à tort peut-être, qu'eux-mêmes la « voyaient » comme lui. Et puis il y avait cette manie du voyage par la pensée…
 
– Lucien !?
 
L'homme était juché sur son estrade. Il agissait comme s’il commandait du haut d’un échafaud.
 

Assortie d’une voix glaciale et profane, l'image du professeur d'allemand fusa comme un obus dans la pensée consciemment ouverte, mais aussi, inconsciemment abstraite, de Lucien. Incrustant brutalement la trace brûlante d’une météorite verbale. Laquelle voyagerait dans un ciel bleu de nuit, mais dont la traine échevelée, lui apparut tant gorgée de fiel, qu'elle en propagea l'essentiel en formant des sinusoïdes d’acide imaginaire...

_________________

http://www.edilivre.com/auteurs/robert-henri-d-13936.html
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LE PELLETEUR DE NUAGES   

Revenir en haut Aller en bas
 
LE PELLETEUR DE NUAGES
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nuages avec filtre Cokin
» Dédicace Le garçon dans les nuages
» Drôles de nuages..
» La vie ne manque pas d'air dans les nuages
» [Christie, Agatha] La mort dans les nuages

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ESPRIT DANS L'ENCRIER  :: Saga-
Sauter vers: